AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire

Aller en bas 
AuteurMessage
Erevan Illerese
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire   Mar 26 Sep - 23:22

Tirer des manuscrits oubliés de la guilde, periode de l'après Fournaise.



Miss Tery Woman a écrit:
Oyez, oyez,..

Onques vais vous conter l'histoire de notre confrerie, si jeune, mais à l'histoire tellement intense.

Voici donc notre bien aimée Maîtresse, Triz Varnor, bataillant contre les terribles charrs aux cotés de feu le Prince Rurik, alors que les échos de la bataille résonnent encore, sonnant la défaite des hordes charrs, ceux-ci lancent leur terrible attaque contre le royaume d'Ascalon.

Alors que des cristaux incandescents s'abattent sur tout le royaume, notre Maîtresse n'a de choix que de se retrancher dans une caverne, qui finira par s'effondrer sous les coups répétés des météores.

Cherchant un orifice par lequel s'échapper, elle finit, après de longues heures, ou peut-être des jours, par déboucher dans une salle immense à l'architecture grandiose au milieu de laquelle un éclat de lumière sombre attire son regard, intriguée, elle reprend son souffle et gravit le monticule de gravas sur lequel trône une grande épée aux reflets n'ayant rien à envier à l'obscurité ambiante ; plus précisemment, il lui semble que l'épée se nourrit de la noirceur environnante, l'absorbant pour la recracher, plus sombre encore...

Elle hésite à se saisir d'une arme émanant d'une telle aura maléfique, mais tout à coup s'élèvent des bruits au loin. Des grognements de charrs, eux aussi se sont retrouvés coincés se dit-elle, accompagnant ses paroles, la lueur d'une torche apparait dans la direction d'où proviennent les bruits.
Elle se retourne vers l'épée, car elle est désarmée depuis l'éboulement.

-"Hésite encore quelques secondes et les charrs te réduiront en charpie" lui glisse une voix féminine.

Succombant à la panique, Triz se saisit de l'épée alors que les charrs se ruent sur à l'assaut, elle tente une feinte, mais l'épée plonge droit au coeur du guerrier charr, le tuant sur le coup.
L'icquor coule à flot de la blessure béante, le charr contemple Triz d'un regard vide, ne comprenant pas ; elle non plus, comment a-t-elle réussi un tel exploit, elle doit se reprendre, car d'autres charrs l'entourent encore. Le sang d'un deuxième guerrier l'asperge au visage, elle lutte pour reprendre le contrôle de ses mouvements, mais l'épée continue de lui imposer sa volonté, hurlant d'extase alors qu'elle plonge une fois de plus dans le coeur d'un charr.
Triz finit par perdre conscience, une fois la bataille finie, elle s'écroule au beau milieu des cadavres, accablée par la fatigue. Mais avant de sombrer totalement elle entend à nouveau cette voix qui lui glisse :

-"endors-toi, tu l'as mérité, lorsque tu te réveilleras, nous remontrons à la surface"


Dernière édition par le Mar 26 Sep - 23:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erevan Illerese
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire   Mar 26 Sep - 23:23

Miss Tery Woman a écrit:
Les rêves qu'elle fit alors furent bien étranges, lui évoquant le monde, mais aussi et surtout, un pouvoir dont elle n'aurait pu rêver auparavant, un pouvoir désormais à sa portée.

L'attention de ses délires obliviens fut portée plus précisemment sur une maîtresse nécromante, capable de créer une armée de créatures pour elle, non pas de simples cadavres animés dont les liens nécrotiques finissent par s'éffilocher, ou même des non-morts puissants capables de magie ; elle pourrait créer des êtres de chair et de sang, doués d'une raison limitée et d'une force sans égal, le fer de lance parfait d'une armée prête à conquérir le monde.
Les travaux de la nécromante avaient fini par attirer l'attention de la garde de Rin, aussi avait-t-elle trouvé refuge au sein du royaume des morts d'Ascalon, les tortueuses catacombes, qui, dit-on s'étendent sous tout le royaume.

Triz Varnor se réveilla en hurlant, l'équilibre de tout ce en quoi elle croyait avait été ébranlé par les rêves imposés par l'épée, son âme déchiquetée et sa volonté réduite à néant, son corps, quant à lui, courrait à travers les sous-sols d'Ascalon, lacérant la chair contre le roc, se privant par la douleur de toute capacité de réfexion.
Il restait malgré tout une parcelle de volonté dans son esprit, qui se résolut de laisser paraître la défaite pour recouvrer ses forces, parvenir à imposer sa volonté à l'épée n'était pas encore à sa portée.
Il faudrait du temps, beaucoup, ce qu'elle n'avait pas.

Ayant finalement réussi à imposer sa volonté, l'épée entreprit de trouver son chemin à travers les dédales, tenant au moins l'une de ses promesses, la sortie fut dénichée.
Ce qu'il restait de santé mentale à Triz lui fut alors arraché d'un seul coup à la vue de ce qu'il restait de sa patrie, Ascalon avait été réduite en cendres et les hordes charrs avaient envahis ce qu'il restait de la contrée, l'épée en frémit de plaisir.

Triz hurla alors, comme une bête sauvage, exprimant toute sa frustration, sa douleur ; sa rage lui permit, momentanement, de prendre le contrôle de son corps à l'épée, mais elle n'était plus capable de le maîtriser, seule l'esprit de vengance la tenait encore debout.
Elle ne tarda pas à l'assouvir sur une patrouille charr attirée par ses hurlements de démente.
Mais alors qu'elle se repaît des cadavres charrs, de nouvelles visions l'assaillent, les catacombes sont proches et l'épée n'en peut plus d'attendre ; cependant, l'esprit de Triz est encore trop irratonniel, elle ne cherche qu'à tuer, que l'épée le veuille ou non.
Bien obligée, l'épée prend son mal en patience tandis que Triz se fraie un chemin de sang au travers des charrs, l'esprit de la bête n'a retenu qu'une seule chose, la direction des catacombes.

Mais la fureur ne dure qu'un temps et Triz finit par se calmer, les deux esprits s'affrontent alors de nouveau ; le corps de Triz affalé dans les cendres d'Ascalon, agité de spasmes ; les volontés s'entrechoquent, l'épée doit maintenant jouer à armes égales et la lutte s'éternise, chacun prenant le contrôle jusqu'à ce que l'autre lui reprenne.

Malgré tout, le corps continue de se diriger vers les catacombes.


Dernière édition par le Mar 26 Sep - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erevan Illerese
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire   Mar 26 Sep - 23:24

Miss Tery Woman a écrit:
Alors que les deux volontés continuent de s'annuler, le corps, lui, erre sans but dans les méandres des catacombes.

Une idée a germé dans l'esprit de Triz, si l'épée peut donner à la nécromante les moyens de se batir une armée de clones pour conquérir le monde, alors on peut la forcer à sauver Ascalon des charrs par les mêmes moyens.
C'est en ces termes qu'elle s'est alors adressée à l'épée:

-"Aide-moi à retrouver la nécromante, je t'aiderai ensuite à lui fournir les moyens de bâtir son armée de clones pour sauver Ascalon des charrs, pour le monde nous verrons par après. De plus, je veux retrouver le contrôle de mon corps."
-"Mais, pauvre mortelle, tu ne songes quand même pas à m'imposer ta volonté. Sais-tu qui je suis? Sais-tu quel moyen la nécromante utilisera pour créer ses clones?"
-"je n'en sais rien, je l'admets, mais je fais le serment de t'aider si tu me rends le contrôle de mon corps"
-"Tu n'es pas sérieuse?"
-"Plus que jamais, je ne puis supporter cette situation plus longtemps. Alors, te décides-tu ou faudra-t-il que nos volontés s'affrontent jusqu'à ma mort?"
-"Et bien soit, sâche que ta mort n'est pas encore envisagée, tu m'amuses petite mortelle, je ne veux pas te réduire à néant en t'imposant ma volonté. Alors sache que je te laisserai libre de tes mouvements, tant que tu serviras mes desseins."
-"Je ne veux pas être un pantin à ton service, épée, quelle serait alors ma liberté?"
-"Alors laisse-moi devenir ton guide vers la grandeur, ton conseiller. Je te prodiguerai mes conseils, libre à toi de les suivre ou pas, jusqu'à ta mort"
-"Ma mort?"
-"Je suis patiente."
-Je suppose que ton premier conseil sera de me rendre chez la nécromante?"
-"Non. J'aimerais m'entendre appeller par mon nom avant de nous rendre chez elle."
-"Ton nom?"
-"Je suis la Griffe noire, le fléau des Dieux, héraut de l'apocalypse, l'arme du malheur, la compagne de l'assassin."
-"Griffe noire suffira amplement."
-"Tu oses!"
-"Oui, allons retrouver cette necromante maintenant"

Pour enteriner le pacte, la Griffe noire partit d'un rire à glacer le sang alors que Triz ne put s'empecher de sourire discrètement.

Mais la nécromancienne ne serait pas facile à trouver dans son domaine, entourée de ses compagnons mort-vivant.


Dernière édition par le Mar 26 Sep - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erevan Illerese
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire   Mar 26 Sep - 23:25

Miss Tery Woman a écrit:
Maintenant maîtresse de son corps et de son esprit Triz se remit à réflechir, malgré qu'elle ait à son flanc une épée maléfique désireuse de conquérir le monde, sa situation n'était guère brillante, coincée qu'elle était, loin derrière les lignes ennemies.

Après examen des cadavres humains qu'elle retrouvait aux alentours, Triz déduit qu'elle avait du passer un bon mois sous l'emprise de l'épée.

-"Un mois! S'exclama t-elle. Dans quel état vais-je retrouver Ascalon?"

Elle entreprit d'escalader le sommet d'une colline afin de se repérer, du haut de celle-ci, elle apperçut le grand rempart et les ruines de Nolani. Plus à l'Ouest, une brèche énorme dans le rempart laissait présager du pire.

Elle marcha en direction de la brèche, mais les hordes Charrs ne rendaient pas la chose facile, malgré tout, sa ruse jouait en sa faveur et le peu de Charrs croisant son chemin ne faisaient pas le poids face à ses talents à l'épée.

Elle arriva en vue d'un campement humain juché sur une hauteur que les Charrs prenaient d'assaut. Anticipant la réaction de Triz, l'épée prit la parole.

-"Ils ne tiendront pas, même si tu pars les aider, les Charrs sont trop nombreux."
-"Tu es cruelle l'épée. Mais tu vas me dire que nous avons plus important à faire n'est-ce pas?"
-"N'est-ce pas?"
-"Alors profitons de la bataille pour nous faufiler."

Mais c'était sans compter sur les sentinelles postées par les Charrs pour éviter que les Ascaloniens ne puissent envoyer de messagers et Triz ne tarda pas à se faire courser. Arrivée dans la brèche même, les archers Charrs l'avaient ratrappée, talonnée elle escalada un monticule de débris et entreprit de faire chuter les gravats sur ses poursuivants, le tumulte lui laissa le temps de se cacher et lorsque les Charrs s'aventurèrent au sommet des débris elle les chargea, profitant de l'effet de surprise pour asséner un coup terrible à un premier, se fendant sur le coté, elle eut raison du deuxième par un coup d'estoc tandis qu'elle repoussait le dernier du pied, celui-ci dévalant la pente et se rompant les os en bas de celle-ci. Apparemment ils étaient seuls et la route fut libre.

La seule entrée qu'elle connaissait aux catacombes était dans l'abbaye d'Ashford et au vu des patrouilles qu'elle évitait soigneusement le territoire au sein du rempart appartenait toujours aux Ascaloniens.
Elle croisait beaucoup de troupes de mercenaires sur les routes d'Ascalon, aussi put-elle se mêler à la population et arrêter de se cacher.
L'abbaye avait été transformé en mouroir ou les blessés et ceux qui avaient perdus la raison étaient abandonnés, seuls quelques prêtres étant restés pour leur prodiguer des soins. Au moins leur vigilance fut facile à tromper et Triz pénétra bientôt dans les catacombes. Nimbée de noirceur, la Griffe donnait l'impression de prendre encore plus de puissance dans l'obscurité et l'odeur de mort ambiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de la Confrérie de la Griffe Noire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie de la Griffre Noire :: Accueil :: Présentation de la Guilde-
Sauter vers: